You are here

LUCIANO EMMER

PARIS EST TOUJOURS PARIS

  • 106%funded
  • 119contributor
  • 12717€on12000€
  •  in restoration
51
A FILM TO CELEBRATE THE PARIS OF THE 1950s

After ‘’VIVRE ENSEMBLE’’ by Anna Karina (1973) and ‘’RUE DES CASCADES’’ by Maurice Delbez (1963), we go back in time in the streets of Paris to 1951, and see them through the eyes of a group of Italian football supporters, who have come to attend a match of their national team against the French.

This lively comedy is remarkable by the fact that it is filmed right in the middle of Paris, in totally authentic surroundings of that time.

''PARIS IS ALWAYS PARIS'' is brought to life by the famous Italian director Luciano Emmer and the great chief camera operator Henri Alekan (one of the best in the History of Cinema) and appears as a true ode to the French capital’s many layers.

First, what the tourists see, of course: there is a bus tour which stops at the most famous Parisian monuments, capturing on film a city that is both very familiar, yet of a bygone age. Then, what is behind the scenes, taking us on a tour of typical Parisian nights… making us even discover new talents… such as Yves Montand !

Under the excuse of a light comedy, these outsiders looking in allow us to see the changes due to the start of a new era. War wounds are being mended and the country is fully entering the “Trente Glorieuses” (the 30 year post-war boom). The enthusiasm felt by the football supporters and their attraction to this exciting Paris are communicative.

We are sure that those of you who have known Paris in those days will find their Proust madeleine in this film!

THANKS TO YOU, THIS FILM CAN BE RESTORED AND PRESERVED

We pursue the CELLULOID ANGELS’ adventure with the desire to share with you, on the occasion of a film restoration, Cinema’s special moments.

This film is part of the story of Société Cinématographique Lyre, a family-owned company funded by Alberto Barsanti the same year ‘'PARIS IS ALWAYS PARIS'' was first shown on French screens. In love with France and Paris and a promoter of Italian cinema to which he dedicated his life, Alberto Barsanti was behind the production and distribution of numerous European films. 

Today Patricia, his daughter, has taken over the flame and intends to both save these films and share them with the younger public. To her, this film is in many respects a lovely nod towards her father’s commitment and her own.

Through her multi-cultural heritage, Patricia works every day to uphold the values which strengthen the links between Italy and France. Both a frame of mind and a desire for intelligence, elegance and peaceful coexistence.

At a time in which the question of identity comes back to the fore, her commitment is refreshing because it guides us towards what is best in a culture and in people’s heritage, through confluences, diversity and influences, when that path is enlightened by the best that humanity is able to create.

Her company being still independent, with the difficulties that that implies, Patricia Barsanti puts all her efforts into making sure the memory endures, and her work today is only made possible by the support of those who, like her, wish to defend those values and that heritage.

This film’s restoration has a twofold issue.

First and foremost, of course, that of succeeding in saving the film. Secondly, and in parallel, that of succeeding in constituting a real team.

As for ‘’Rue des Cascades’’, we wish to show that a small group of motivated individuals can move mountains, and beyond that, that the restoration of a film can be the corner stone of a real community.

With your help and thanks to you, we hope not only to restore ‘’Paris is always Paris’’ but to properly set up a support committee for Société Cinématographique Lyre’s actions and work.

We are persuaded that such an encounter between passionate cinema and franco-italian culture lovers will ensure that there will be many more unforgettable moments to share all together!


BREAKDOWN OF COLLECTED SUMS

The collected sums will be alloted as follows : 7000 € for the film scan (digitalisation) (59%), 2100 € for campaign promotion and logistics of the rewards system (17%) and 2900 € for the creation of rewards (24%). The sums over the campaign’s objective of 12 000 € will be exclusively alloted to the film’s restoration.

Un parrain au grand coeur...que nous allons célébrer !

Lorsqu’il venu à Paris faire la surprise aux fans des TONTONS FLINGUEURS qui ont assisté à la projection du film restauré en 4K chez Gaumont, Venantino VENANTINI a été touché par notre démarche.

Comme une évidence, nous lui avons demandé s’il acceptait de parrainer cette nouvelle aventure. Sans hésiter, Venantino nous a répondu : ‘’Bien entendu, avec plaisir et si je peux être utile, je le ferai pour vous aider car il faut faire revivre le cinéma de ces années-là et restaurer les films’’. Et avec un regard malicieux de rajouter…’’ et d’ailleurs, si vous voulez me restaurer moi, je viendrai tout de suite !’’.

Les jours passants, dans l’équipe de CELLULOID ANGELS, une idée a progressivement germé, celle de rendre hommage à cet acteur mythique, généreux, si humble et si élégant.

Et si cette campagne devenait l’occasion de restaurer PARIS EST TOUJOURS PARIS et de créer un évènement dédié à son parrain ?

En quelques jours, un collectif s’est réuni pour rendre ce projet possible : Les amis de Venantino, un cinéma parisien mythique et un passionné bien connu désormais de notre communauté.

Ils ont imaginé un évènement sur-mesure qui promet d’être exceptionnel et riche en émotions !

Venantino Venantini dans quelques-uns de ses plus grands rôles.

 

L’anniversaire surprise de Venantino VENANTINI, le mardi 17 avril 2018.

Ce jour-là, Venantino soufflera ses 88 bougies…mais il est loin d’imaginer ce qui se prépare…Au programme au cinéma Mac MAHON (Paris 17ème) : projections de films de sa carrière, exposition de ses toiles, séances de dédicaces de son livre ‘’Le dernier des Tontons Flingueurs’’, cocktail anniversaire et dîner avec ses amis du cinéma (et d’ailleurs).

Une journée exceptionnelle rendue possible grâce à Thierry BLONDEAU, ce fan qui s’était illustré l’an dernier et qui vient de créer sa société d’édition vidéo spécialisée dans les Blu-ray de Patrimoine, COIN DE MIRE CINEMA. Ce jour-là, il dévoilera les premiers films de sa collection, le début d’une saga prometteuse pour faire revivre des trésors oubliés !

Voici le premier d'entre eux (en exclusivité), PORTE DES LILAS de René CLAIR, avec Pierre BRASSEUR, Georges BRASSENS et Dany CARREL, un chef d'oeuvre qui va pouvoir ainsi renaître !

Crédits - création visuel: Slumberland / Projet. Visuel non contractuel.

Un évènement réservé en priorité aux contributeurs de cette campagne !!!

Pour être certain de participer, 3 nouveaux packs sont désormais disponibles mais en quantités limitées (Pack Cocktail, Pack 35mm, Pack Venantino).

Par ailleurs et parce que c’est l’esprit de Celluloid Angels, nous demanderons à Venantino de choisir parmi tous les contributeurs de cette campagne celles et ceux qui bénéficieront d’une invitation à l’un des rendez-vous de cette journée (Projections, Cocktail et dîner avec lui !). Seul critère, lui témoigner votre envie d’être choisis (formulaire envoyé par nos soins à chaque contributeur à la fin de la campagne*) !

Pour arriver à boucler cette campagne et à permettre que cet évènement se réalise, nous avons exceptionnellement prolongée la campagne d'une semaine, jusqu'au vendredi 16 février 2018 à 20h !

Dernière ligne droite pour que notre projet aboutisse, tout dépend de vous maintenant ! 

(*) détail des invitations possibles:

Première projection (14h) : 2 invitations pour 2 / Deuxième projection (16h) : 2 invitations pour 2 / Dernière projection (20h) :  3 invitations pour 2Cocktail anniversaire (19h) :  1 invitation pour 2 / Dîner avec Venantino et ses amis (21h) :  1 invitation pour 2

 

Nationality: 
France - Italie
In theaters: 
28 novembre 1952 (France)
15 novembre 1951 (Italie)
Actors: 
Marcello Mastroianni
Lucia Bosé
Aldo Fabrizi
Hélène Rémy
Producers: 
Omnium International du Film
Fortezza Film
Chief operator: 
Henri Alekan
Sound engineer: 
André Le Baut
Editor: 
Jacques Poitrenaud
Gabriele Varriale
Music: 
Joseph Kosma
Roman Vlad
Film Format: 
35 mm
Picture format: 
1,37
Duration: 
95mn
Color: 
N&B

L'avis de Claude Rieffel - Critique rédigée sur le site à voir à lire.com

Cette brillante comédie chorale, navigant entre légèreté joyeuse et discrète amertume, est aussi un précieux document sur le Paris de 1950.

Le deuxième long-métrage de Luciano Emmer (Camilla) s’inscrit dans la continuité du merveilleux Domenica d’agosto, réalisé l’année précédente, et dont une partie de l’équipe se retrouve ici : Sergio Amidei au scénario, Roman Vlad à la musique, et, du côté des acteurs, Ave Ninchi, Marcello Mastroianni, Franco Interlenghi. Mais on retrouve surtout la construction chorale faisant se croiser plusieurs récits sur un laps de temps bref. En effet, tout se passe en 24 heures, entre l’arrivée d’un train Gare de Lyon et le départ d’un autre qui ramènera en Italie le groupe de supporters venus assister à un match de foot dont nous ne verrons presque rien et auquel seuls deux d’entre eux assisteront (de justesse). Car ce bref séjour à Paris, ville de tous les fantasmes, va plus ou moins faire tourner la tête à ces braves gens sortis de leur train-train quotidien. Ils découvriront vite l’envers du décor et seul le jeune Franco (Interlenghi) échappera à la désillusion. A peine débarqué il a le coup de foudre pour la ravissante marchande de journaux à qui il veut acheter un plan de la capitale et ne la quittera plus, faisant avec elle un tour en bateau mouche ou assistant à un spectacle d’Yves Montand. Pour les autres, l’expérience sera plus amère, surtout pour l’honorable père de famille joué par Aldo Fabrizzi. Entraîné par le Baron, un vieil ami ayant soi-disant fait fortune sur place, à faire la tournée des lieux de plaisirs, il ira de déconvenue en déconvenue, atterrissant même au poste de police, et découvrira au petit matin l’hôtel meublé sordide où habite son guide qui, en réalité, survit difficilement en faisant l’homme bouteille dans la rue. Mais toutes les mésaventures des uns et des autres sont contées avec une réjouissante verve comique et surtout un admirable sens de l’observation. Et si le Paris des touristes est expédié en quelques plans ironiques, la vraie ville est filmée avec un regard de documentariste amoureux que magnifie la superbe photo d’Henri Alekan (excusez du peu !) et que la distance temporelle rend encore plus précieux (on pouvait encore voir dans les rues de la capitale, en 1950, des charrettes tirées par des chevaux). Quant au concert d'Yves Montand et au tour des boites de nuit, de Saint Germain ou de Montmartre, ils font de ce film un témoignage d'époque inestimable.

You want to support other projects ?