Vous êtes ici

LUC BESSON

Le grand bleu

88

PROJET ANNULÉ

La campagne pour la restauration de ce film sur notre plateforme n'a pas atteint son objectif malgré les 118 fans mobilisés. Nous réfléchissons à une nouvelle formule en lien avec les passions que ce film a fait naître chez de trés nombreux plongeurs et amoureux des profondeurs. A suivre prochainement...

 

Nationalité: 
France / Etats-Unis / Italie
Sortie en salle: 
11 Janvier 1989
Acteurs principaux: 
Rosanna Arquette
Jean-Marc Barr
Jean Reno
Producteurs: 
Les Films du loup
Gaumont
Scénaristes: 
Robert Garland
Luc Besson
Chef-opérateur: 
Patrick Camboulive
Ingénieur du son: 
François Gédigier
Montage: 
Olivier Mauffroy
Musique: 
Éric Serra (version originale) ou (Bill Conti (version américaine)
Format film: 
35 mm
Format image: 
Scope
Durée: 
168mn
Couleur: 
Couleur

LE REGARD DE ... MAROUSSIA DUBREUIL (SO FILM)

Lumières et arche recouvertes d’une gélatine bleue et écran polichinelle de 24 mètres sur 11. En mai 1988, le Grand Rex se refait une beauté pour plonger dans Le Grand Bleu, qui vient d’inaugurer le Festival de Cannes. Ambiance concert de rock. Les adolescents chantent le générique, allument leurs briquets sur les scènes sous-marines et décernent au film l’Okapi d’or ! Pour l’occasion, un homme aux cheveux grisonnants et à la peau tannée fait le voyage depuis les îles Caïques dans les Caraïbes. Arrivé à Paris, il passe son temps à prendre des douches – « Je suis en manque, dit-il. La mer, c’est ma drogue… » Il s’appelle Jacques Mayol, il est champion du monde de plongée en apnée et c’est le héros qui a inspiré Luc Besson. L’histoire d’un homme qui préfère les dauphins aux femmes (en l’occurrence, Rosanna Arquette) en descendant jusqu’à 105 mètres de profondeur avec des  poumons comprimés comme des balles de pingpong. « Il disait que l’être humain venait de la mer et qu’il pouvait y vivre », se souvient Jean-Marc Barr qui incarne ce James Bond des mers. 

Trois mois avant le tournage, l’acteur encore inconnu remplace Christophe Lambert, qui a renoncé à l’effort de guerre. Barr part alors s’entraîner au Lavandou avec Jean Reno, qui joue son sympathique rival sicilien, Enzo Maiorca, et Besson. Le matin, les trois hommes sautent dans un zodiac et descendent jusqu’à trente mètres, dix fois par jour. « À cette profondeur, avec une seule bouffée d’air, on est très au courant de notre propre insignifiance, commente Barr. L’émotion métaphysique de chaque être humain est bien là. » Ils enchaînent sur quatre mois de tournage sous-marin dans le monde entier : Porquerolles, Corse, îles grecques, Sicile, Maldives, Bahamas, et Tignes pour une séance de plongée sous glace. « On n’aurait pas pu tourner ce film aujourd’hui, sourit Barr. Les assurances n’auraient pas suivi. » Une nuit, le mistral se lève et l’acteur doit entreprendre cinq descentes à la suite. En bas, on lui pose un détendeur mais l’eau rentre par son nez et remplit ses poumons. Grosse frayeur à laquelle vient s’ajouter une panne d’électricité sur la remorque. Au fond, tout est noir. Fils de moniteurs de plongée, Luc Besson décide quant à lui d’utiliser une caméra sous-marine suffisamment maniable pour épouser le mouvement des plongeurs. Mais un jour, la torpille sur laquelle est montée la caméra se coince et Besson se met à faire des ronds dans l’eau sans pouvoir s’arrêter. Les dauphins arrivent. « C’est comme si tu étais dans un vieux coucou et que la patrouille de France t’arrivait dans le nez ! », raconte-t-il à la sortie. Pour filmer les dauphins en eau claire, on les a transportés par avion. Sur un matelas de mousse pour ne pas écraser leurs poumons, ils ont écouté Debussy, leur compositeur préféré avec Bach et Mozart.

À 29 ans, après Le Dernier Combat et Subway, Luc Besson a finalement réalisé son rêve d’ado en Scope 35 millimètres… Un rêve qui remonte à ses quatorze ans et une visite au petit Marineland de Porte Maillot. « Dès que je sortais mon appareil photo, il y avait un dauphin qui penchait la tête de côté. » Et la génération Grand Bleu de reconnaître en Jacques Mayol son héros, un homme que Serge Daney décrivait comme « le héros postmoderne par excellence, celui de l'individualisme démocratique de masse : un corps sans organe, hors sexe, hors langage, hors désir, programmé pour effectuer un seul mouvement, un séduisant automate ». Notre destin d’homme-dauphin.

 

Maroussia DUBREUIL pour SOFILM

Envie de contribuer à d'autres projets?